Ich bin eine Berlinerin!

Ich bin eine Berlinerin !

 

La Gedächtniskirche de Berlin, l’Église du souvenir, porte en ses pierres à la fois le linceul des victimes de la seconde guerre mondiale et l’espérance de l’Europe. Détruite, son clocher écimé par les bombardements, elle a été en partie laissée en cet  état testimonial, et en partie reconstruite : ses vitraux ont été réalisés par un maître-verrier de Chartres, Gabriel Loire, tandis que l’une de ses croix est constituée de clous provenant de la cathédrale de Coventry, elle-même détruite par les bombardements nazis ; et cette dernière avait été consacrée, après sa restauration, le même jour que la Gedächtniskirche, le 15 mai 1962. Enfin, l’église abrite aussi une croix iconique de l’église orthodoxe russe et surtout la « Madone de Stalingrad », peinte pendant la bataille éponyme par un lieutenant de la Wehrmacht, médecin et pasteur…

Chorale d’une église baptiste devant l’église du Souvenir, Berlin, été 2016

 

Il est évident que le ou les auteurs de l’attentat du 19 décembre 2016 commis au pied de l’église, sur le marché de Noël de la Breitscheidplatz ne connaissaient peut-être pas la puissance de ce symbole. lls ont sans doute voulu frapper l’Allemagne et l’Occident au cœur d’un autre symbole, éventrant les lumières d’un marché de Noël. Cependant, encore toute meurtrie par les images découvertes hier soir, après une nuit blanche passée à me remémorer mon été berlinois, durant lequel je logeais à quelques encablures du « Kudamm » et de la Gedächtniskirche, je tenais à replacer cet attentat dans son contexte historique d’autant plus frappant qu’il représente la paix retrouvée et l’espérance d’une Europe où les anciens belligérants sont parvenus à vivre ensemble, transcendant la barbarie nazie et les crimes de guerre commis par toutes les parties.

Cette Europe, défi permanent et fragile, Angela Merkel l’a voulue ouverte, faisant de l’accueil des nouvelles victimes des atrocités commises de par le monde, de l’Afghanistan à la Syrie, de la Somalie au Pakistan, l’un des chevaux de bataille de ses mandats successifs. Il faut avoir voyagé outre-Rhin pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène, bien différent de ce qui s’est passé dans l’hexagone où, hormis dans la Jungle de Calais et dans les quelques villes et villages ayant accueilli des réfugiés et migrants, et bien à sûr Paris, avec les campements sauvages, le citoyen lambda a rarement l’occasion de croiser ces regards de braise, ces enfants amaigris et ces femmes apeurées…

En Allemagne, « ils » sont partout. La télévision française a beaucoup relayé les images de l’enfer de la nuit du réveillon 2015 à Cologne, mais il faut aussi comprendre que le moindre village de Bavière, la moindre petite ville des îles de la Baltique regorge de migrants…Si un pays a osé le fameux « vivre-ensemble » dont nous, champions de la laïcité, des Lumières, de la devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité », nous gaussons à longueur de discours électoraux, c’est bien l’Allemagne. Et ce malgré les ruades populistes de l’AFD et de Pegida, ces deux mouvements rassemblant les forces obscures de l’extrémisme et de la haine.

Hier soir, comme en juillet dernier, lorsque des attaques terroristes avaient déjà frappé l’Allemagne au cœur, la barbarie s’est invitée au milieu des lumières de la Nativité, frappant Berlin, carrefour de notre Europe, métissée et joyeuse, engagée et polyphonique, au milieu des effluves de cannelle et de vin chaud, faisant de la liesse un cauchemar, comme lorsque la France avait été anéantie au milieu de sa fête nationale, à Nice. J’étais d’ailleurs partie à Berlin le lendemain du 14 juillet, et j’avais été très émue de voir la devanture de l’ambassade de France, à quelques encablures de la majestueuse Porte de Brandebourg, regorgeant d’hommages et de messages envers nos compatriotes endeuillées. J’avais même, à ma descente du train, découvrant pour la première fois ce Berlin tant rêvé, été guidée vers le Kudamm par une Berlinoise abordée au hasard, qui avait séjourné à …Nice dont elle se sentait solidaire et si proche…

Devant l’ambassade de France, été 2016

Et c’est cela qui m’a frappée, à Berlin, et aussi dans toutes les villes et dans tous les paysages allemands traversés l’été dernier : cette solidarité incroyable dont les Allemands font preuve envers tous ces migrants et réfugiés, malgré les différences culturelles, malgré les attentats, malgré les craintes. C’est aussi cela qu’a souligné le ministre de l’Intérieur dans son discours ce matin : qu’il fallait continuer à « vivre ensemble », avec toutes ces différences culturelles, religieuses, et ne pas attiser les haines.

« Ils » ne gagneront pas. Il est hors de question que nous nous laissions intimider par ces hordes de fanatiques venues d’un autre âge, d’un âge où l’on lapide les femmes, égorge les mères et les enfants, viole les fillettes et brûle vifs les récalcitrants. L’Europe a eu son lot d’atrocités, et Dieu sait que j’avais cela en tête, l’été dernier, trébuchant sur les « Stolpersteine » qui parsèment les trottoirs -de petites plaques de laiton clouées au sol et comportant des épitaphes de victimes du nazisme ; j’ai même vu des Stolpersteine de Témoins de Jéhovah sur l’île de Rügen…-, traversant des forêts de hêtres –« Buchenwald »…-, me recueillant au Mémorial de la Shoah non loin du Bundestag, visitant le Musée Juif (avec une collègue polonaise quelque peu antisémite…)

L’image contient peut-être : texte
Stoplerstein, île de Rügen.

Mais nous avons suffisamment appris de l’Histoire pour vouloir la paix. Oui, « si vis pacem, para bellum » …Il faudra être vigilant, et organiser les défenses, et ne pas céder d’un pouce, mais cela ne doit pas se faire au détriment du « vivre-ensemble » et du respect.

J’ai beaucoup douté, en traversant l’Allemagne. Douté car j’ai eu peur, dans des trains de nuit, bondés de réfugiés, souvent des hommes seuls que l’on sent à la lisière de la malveillance ; douté car j’ai vu, comme en France, énormément de femmes voilées de pied en cap, même des petites filles voilées, et aussi beaucoup d’affiches de ces partis d’extrême-droite ; douté après une discussion avec une femme pasteur de l’île de Rügen qui nous racontait les jets de pierre sur les vitraux de l’église après l’accueil des migrants ; douté devant ces modes de vie si différents, devant cette soudaine collision des mondes dont l’Allemagne n’avait pas encore la longue habitude que nous possédons, nous, anciens colons, même si la population turque avait aussi apporté son lot de difficultés d’intégration…

Et puis au dernier jour de mon voyage, dans la zone piétonne de la ville de mon enfance, Duisbourg, j’ai observé cette foule bigarrée, tous ces Allemands attablés ou debout devant les stands où, à toute heure du jour, ils dégustent des saucisses et boivent de la bière, et j’ai vu des femmes voilées et souriantes qui servaient de gros sandwichs pas hallal du tout à des Allemands bedonnants à l’air jovial ; j’ai vu des enfants blonds, bruns, noirs, qui couraient ensemble devant la fontaine ; et je me suis dit, comme Angela : « Wir schaffen das » : Nous y arriverons.

Car Berlin est à l’image de l’Allemagne d’aujourd’hui, celle qui a osé la paix et la dénazification, celle qui a su s’engager dans la voie de l’écologie avant tout le monde, celle qui a su prendre l’Europe par la main et en devenir l’un des symboles forts. Berlin, ville verte, ville où je me suis trouvée nez à nez avec un renard dans l’une des forêts qui parsèment la ville, ville où les plus grandes avenues regorgent de vélos et non pas de voitures, ville d’avenir, ville où j’ai vu ma première gay pride, dansante et délurée, ville d’artistes, ville d’intellectuels qui refont le monde jour après jour, ville de tous les contrastes, entre les façades élégantes de la Fasanenstraße et les chatoiements alternatifs d’un Hackescher Markt, Berlin se relèvera.

Entrée du « Jardin des Princesses », un parc alternatif de Berlin

Alors ce matin, j’aurais pu vous parler de la mort, des corps d’enfants écrasés, des sourires éventrées par l’horreur, de l’odeur du sang qui a recouvert celle des épices du marché de Noël.

http://sabineaussenac.blog.lemonde.fr/2016/07/15/jaurais-voulu-te-parler-de-la-france-nice/

Mais je préfère penser à ce qui me semble indispensable après la colère, le déni, la souffrance, la tristesse et le deuil : à Berlin, en Allemagne, en France, dans le monde, Noël doit rester, même conspué par des bêtes immondes, le symbole de l’espérance et de la réconciliation. Il faudra continuer à aller au marché de Noël, et penser à nos proches, et même aux inconnus. Le ministre de l’Intérieur a dit qu’il avait été bouleversé par le nombre de messages et d’appels qui, hier soir, ont déferlé sur les  réseaux téléphoniques et sociaux, tant les gens ont pris soin les uns des autres en demandant des nouvelles.

Soyons bouleversés, exprimons nos émotions, mais surtout ne nous trompons pas d’adversaires.

Wir schaffen das, nous y arriverons.

Ich bin eine Berlinerin.

Comme nous tous.

Berlin

Etincelante

Radieuse

Lumineuse

Illuminée

Noël

L’image contient peut-être : ciel, nuage et plein air
Première rencontre avec la Porte de Brandebourg, été 2016.

 

Un médecin sans histoire peut devenir un Mengele: défense de la filière L!

Chers élèves de troisième, germanistes ou pas, voici quelques pistes de réflexion pour ne pas vous priver d’une magnifique orientation !

Il n’ y a pas que la filière S dans la vie, quoi que puissent en dire certains !!

Je suis chagrinée de voir que la plupart d’entre vous semblent se destiner à de diverses orientations certes toutes prometteuses, mais sans aucune envie d’intégrer un jour une filière littéraire. Ce serait vous priver d’une réflexion passionnante que de ne pas réfléchir à toutes les possibilités offertes et à tous les métiers envisageables…

NON, la section L n’est pas une section « poubelle » ni une « voie de garage » !

NON, la section L n’est pas réservée aux « fumistes », aux « glandeurs », à ceux qui n’ont pas d’autres possibilités car trop faibles en maths ou en sciences économiques ! Et même si ce type de profil se rencontre, oui, mais pas plus qu’ailleurs, on trouve heureusement de « véritables littéraires » et des élèves et étudiants enthousiastes, brillants et cultivés.

NON, on ne devient pas « que prof » en préparant un bac L ! On devient aussi journaliste, employé-e de collectivités locales ou territoriale, rapporteur au Sénat, avocat, infirmière, communiquant, manager, patronne de PME, notaire, courtier en assurances, agent de voyage, guide touristique, traducteur, énarque, élève à Normale Sup ou à Sciences Po, cadre, préfet, artiste, intermittent du spectacle, producteur, acteur, directeur de maison de retraite, directrice d’hôpital, chauffeur de bus, psychologue, kiné, orthophoniste, routière, ministre, président de la république, architecte, commerçant…

Cette liste à la Prévert n’est pas exhaustive, mais soyez certains qu’elle est EXACTE, car un bac L mène certes à de classiques études littéraires, mais aussi au droit et aux sciences économiques, aux écoles d’arts et d’architecture, aux écoles de commerce ou aux filières de tourisme et de l’hôtellerie, voire même aux écoles d’infirmières, à tous les concours de la fonction publique, de gardien de la paix à l’ENA, et à mille autres voies plus variées les unes que les autres ! En effet, il existe en première et en terminale différentes options et spécialités, comme « droit et grands enjeux du monde contemporain », art, histoire des arts,  maths…Certaines écoles, comme les grandes écoles de commerce, recherchent depuis quelques années des candidats issus de la filière littéraire, justement au vu de leurs profils atypiques…

Je sais que nombre d’entre vous ont d’ores et déjà en tête de préparer un bac S ou ES ensuite… C’est une erreur pour certains d’entre vous, pour tous ceux qui, spontanément, aiment le monde de la littérature, des arts, pour tous ceux qui adorent l’histoire et la politique, qui aiment les langues, qui se plaisent à réfléchir au sujet du monde, de la société, de la culture… Ne vous laissez pas influencer par les diktats des maths, des sciences ou de l’économie – et d’ailleurs, on peut fort bien intégrer HEC ou Sciences PO après le bac L !

Songez aussi que si vous êtes déjà des musiciens ou des artistes et que vous baignez dans la culture depuis des années, vous êtes déjà empreints de cette sensibilité littéraire dont le monde et la société, à notre époque de « pertes de valeurs », ont plus que jamais besoin ! Comme je l’ai dit à certains de mes propres élèves, qui prétendaient par exemple que le recrutement en classes préparatoires littéraires favorisait les élèves issus de S  -ce qui est entièrement faux, bien entendu ! -, même les médecins reçoivent ENFIN une (petite) formation de psychologie et de sciences humaines, justement pour à nouveau « humaniser » leur métier qui fait de certains « pontes » des savants, certes, mais dénués de cœur !

Songez aussi que tous les régimes dictatoriaux du monde ont, depuis toujours, commencé par museler la culture et les sciences humaines, justement afin d’éradiquer la pensée et les libertés.

Bref : réfléchissez avant de vous faire embrigader par les sacro-saintes mathématiques. 🙂

Et je ferai bientôt un autre article de blog au sujet des filières technologiques et techniques, voire même des CAP, si décriés dans notre pays qui voudrait faire de chaque élève de collège un futur étudiant en oubliant que nous avons aussi besoin d’artisans et de spécialistes, d’agriculteurs, de bijoutiers…

Je repense à cet autre article, écrit il y a quelques années sur Le Post, lorsqu’il était question de qupprimer l’histoire en TS…

Souviens-toi du Vase de Soissons!

Moi, je trouve qu’on devrait aussi supprimer la philo, en S.

Et les lettres.

Et puis les langues, aussi.

Pour ce qui est des arts et de la musique, on est tranquilles, c’est déjà fait.

Parce qu’entre nous soit dit, ça commençait à bien faire, cette manie de vouloir faire de nos futurs médecins et/ou entrepreneurs des penseurs et des philosophes, qui plus est mélomanes, dotés du sens du Beau et accessibles aux brûlures de l’histoire!!!

C’est vrai quoi, pour remettre un os en place ou pour fermer une usine, pour vacciner un bébé ou pour vendre des avions à des chinois, il est totalement inutile de savoir qu’en Chine, on tue les petites filles et les citoyens tibétains.

Et puis pour aller faire des injections le WE dans quelque gymnase de banlieue, ou pour construire des autoroutes en Afrique, franchement, quel besoin aurait-on de savoir que bouana a colonisé Banania il y a quelques siècles, ou qu’un certain Pasteur a inventé un vaccin contre la rage?

Ne parlons même pas des idées. De la réflexion. De l’éducation aux valeurs. De ce qui fonde un peuple, une nation. Des passerelles entre les cultures…

Petite prof d’allemand de province, épuisée par d’incessants trajets-puisque nous n’avons plus d’élèves, je dois aller à leur rencontre, et ainsi éparpiller mes savoirs et mes forces, je me souviens pourtant de ce PDG d’un grand groupe international qui, lorsque je tentais encore de faire du bouche à bouche à ma discipline moribonde, m’assurait qu’il était INDISPENSABLE de connaître la langue d’un pays pour finaliser véritablement des contrats.

Certes, la langue de Shakespeare suffira pour commander du chien ou des sushis. Mais pas pour deviner les subtilités de ce qui se mumure derrière les tatamis ou les chars entourant une place…

Et la musique…Souvenons-nous de ces orchestres jouant dans les Camps, sous le regard bienveillant des officiers SS…Ils ne savaient plus faire la différence entre le Bien et le Mal, devenus inaccessibles à l’art “dégénéré”, mais émus, toujours, par ces violons du bal joués par des morts vivants.

L’homme, nous le savons bien, redevient bien vite un loup pour l’homme.

Dépourvu de son vernis social, mais surtout des valeurs qui fondèrent toutes nos civilisations – il n’est qu’à regarder deux excellents films récents, “Le Ruban Blanc” ou “La Route”, pour se convaincre des atrocités ordinaires -, il retourne, toutes griffes dehors, vers les sauvageries primitives.

Enfants soldats d’une Afrique déculturée, Talibans sanguinaires, oh vous, peuples soumis aux dictatures, que n’avez-vous pu entendre Mozart, que n’avez-vous pu découvrir les arts…

Nous avons tant de chance, en France.

En ces heures où l’identité nationale fait rage, souvenons-nous du Vase de Soissons.

Et de Saint-Louis sous le chêne, et des prises de nos Bastilles, et de Jaures et autres Jean Moulin…

Je ne comprends pas, mais alors pas du tout, comment un gouvernement si attaché au tricolore veuille subitement décolorer nos écoles et en effacer les traces vives!

Je suis tres en colère!

Nicolas disait qu’il avait pleuré, à Yad Vashem… Qu’il avait changé, à Yad Vashem!!!

Où sont donc passées les larmes de son devoir de mémoire?!!!

Alors ce matin, quelqu’un m’a dit de vous réciter Aragon…

“Je vous salue, ma France aux yeux de tourterelle,

Jamais trop mon tourment, mon amour jamais trop!

Ma France, mon ancienne et nouvelle querelle,

Sol semé de héros, ciel plein de passereaux…

Je vous salue, ma France où les vents se calmèrent!

Ma France de toujours, que la géographie

Ouvre comme une paume aux souffles de la mer

Pour que l’oiseau du large y vienne et se confie!

(…)

Heureuse et forte enfin qui portez pour écharpe

Cet arc-en-ciel témoin qu’il ne tonnera plus,

Liberté dont frémit le silence des harpes,

Ma France d’au-delà le déluge, salut!”

Laissons nos élèves libres de leurs opinions, offrons leur, en cette année de terminale où ils se feront terreau de nos avenirs, la possibilité de devenir des hommes et des femmes libres.

Un médecin sans histoire peut devenir un Mengele.

***

Je vous mets ci-dessous un article tiré d’un journal lycéen, le « Pépin », écrit par Julie Briot, une élève de TL qui vient d’être admissible à Sciences Po Paris sans même passer les écrits, juste sur son brillant dossier.

Afficher l'image d'origine

« DÉFENSE DE LA FILIÈRE LITTÉRAIRE

Les a priori sur la série littéraire sont nombreux. Dans l’imaginaire collectif lycéen, la L, c’est la filière, au choix : des drogués, des nuls, des glandeurs, ou alors des ‘‘artistes’’ (ce qui correspond en fait aux trois autres à la fois). Tandis que la S représente le travail, la rigueur, l’intelligence, le sérieux, et puis bien sûr la réussite professionnelle.

Mais d’où sortent ces préjugés ? Alors qu’en Italie, par exemple, le bac de lettres est considéré comme celui de l’excellence ?

Malheureusement, cela remonte à bon nombre d’années. L’esprit français a, depuis le XVIIème siècle, toujours privilégié la raison sur la sensibilité, ce qui est dans l’absolu constructif dans la formation intellectuelle ; mais, depuis le siècle dernier, on a considéré que les mathématiques et, par extension, les sciences exactes, étaient les seules disciplines faisant preuve de rationalité, de rigueur, et donc devaient être la valeur de référence de sélection des meilleurs élèves. Il s’ensuit que les parents ont poussé leurs enfants à aller dans les classes scientifiques, même si leurs prédispositions étaient littéraires, parce qu’elles étaient considérées comme celles de l’élite.

De plus, cette dynamique a été accentuée ces dernières années par certains politiciens de tous bords prêchant, par idéologie, sans l’avouer, la suppression de la transmission culturelle.

Ainsi, à cause de cette propagande, la série L a été désertée par les élèves. Et parce que de moins en moins de bacheliers sortent de cette série, les universités ou autres formations traditionnellement réservées aux littéraires ont été obligées d’ouvrir des enseignements aux S et ES, comme par exemple les prépas hypokhâgnes.

De là, on nous a répété que la série L offrait moins de débouchés, avec des enseignements inutiles qui ne produisent rien, que « les S conçoivent les cartons, les ES les fabriquent, et les L dorment dedans ». La suffisance de certains, qui se croient sérieusement l’élite de la nation, n’a d’égal que leur mépris pour les littéraires.

Mais, vous qui lisez ces lignes, je vous en supplie, NE CROYEZ PAS À TOUT CELA ! C’est tout simplement faux !

En aucune façon il ne faut considérer que les cours sont moins bons, moins intéressants ou moins utiles, que les bons élèves se trouvent en S et que les L sont mauvais ! La première chose que nous a dite notre professeur de français en première, c’est que, pour réussir, nous devions être plus rigoureux que les scientifiques.

Aucune filière n’est supérieure aux deux autres ; chacune privilégie une approche du monde différente. Les S favoriseront une vision analytique et expérimentale des phénomènes naturels ; les ES s’intéresseront à la société, de façon économique et sociologique ; et les L se préoccuperont de visions philosophiques et littéraires de l’homme.

Et la formation intellectuelle la moins riche n’est sans doute pas celle de la philosophie, du français, de l’art, de l’histoire, et des langues ; elle est peut-être d’ailleurs celle qui élargit le plus l’esprit, qui fait le plus grandir, et qui permet véritablement de dépasser nos présomptions de lycéens.

Chacun doit trouver sa voie dans la société. Et si la vôtre est l’étude des matières littéraires, la rédaction, l’analyse des textes qui ont fait notre culture et notre mode de pensée, en un mot la compréhension de ce que nous sommes aujourd’hui, eh bien, ne vous réfrénez pas ! Ne cédez pas à ceux qui vous diront que votre choix n’est pas réaliste et qu’il ne servira à rien.

Toutes les écoles valoriseront bien plus un bon candidat de L qu’un candidat moyen de S ou ES. Car ce que les recruteurs cherchent, ce sont des gens compétents, passionnés, enthousiastes, déterminés, et pour être de ceux-là, il vous faut aimer ce que vous faites. Ne choisissez pas votre série en fonction du métier que vous voulez faire, car s’il faut subir pour cela une formation qui ne vous plaît pas, il y a de grandes chances pour que le métier ne vous plaise pas non plus.

Si vous êtes vraiment littéraires et que vous vous dites ‘‘j’irai en S ou ES parce que je ne sais pas ce que je veux faire et que je ne veux pas me fermer de portes’’, eh bien, vous êtes dans l’erreur ; si ce que vous aimez est enseigné en L, alors vous voudrez opter pour des formations qui sont dans la ligne des cours de cette série, et donc que vous pourrez suivre avec un bac L en poche. En plus, si vous êtes polyvalent, vous pouvez continuer si vous le voulez les mathématiques en L.

Et si vous optez finalement pour une série S ou ES, que ce soit en toute connaissance de cause, en sachant que non, vous ne serez pas meilleurs que les autres. Que vous choisissez simplement de vous engager dans une filière spécifique, tout comme la L, et qui a ses avantages et ses inconvénients. Que si les L se détournent parfois des sciences, vous vous détournez de l’apprentissage intellectuel extrêmement riche des matières littéraires.

Alors, pour votre propre bien, dépassez vos préjugés sur la série littéraire ! Soyez libres, soyez les auteurs de vos choix, ne laissez pas les idées reçues décider pour vous. C’est là une attitude de vie que je vous propose : être acteur plutôt que spectateur.

Julie Briot, élève de terminale L  »

****

Quelques liens et idées trouvés au hasard du net:

Halte aux idées reçues, les filières littéraires ne mènent pas « nulle part ». Si elles peuvent conduire à l’enseignement ou la recherche, elles façonnent un esprit d’analyse et de synthèse, couplé à une grande culture générale et des qualités rédactionnelles recherchées par d’autres secteurs : communication, édition, journalisme…

Les débouchés

Les Lettres Classiques et Modernes orientent généralement vers la recherche ou l’enseignement. Cependant, d’autres débouchés sont possibles : la communication, l’édition, la documentation, les concours de l’administration… Les sciences du langage permettent aussi de travailler dans la communication, l’orthophonie, les industries de la langue. Vous pouvez aussi envisager de passer des concours de grandes écoles de journalisme ou de communication après la licence. Les CPGE, elles, préparent à certains concours de grandes écoles de journalisme ou encore l’École Normale Supérieure et les Instituts d’Études Politiques (IEP).

Les formations

À l’université, après le bac, les formations en lettres se décomposent en trois spécialités : les Lettres Modernes, les Lettres Classiques et les Sciences du Langage. Les deux premières sont consacrées à la littérature et la dernière à l’étude de la linguistique. Pour réussir en Lettres Classiques, il faut essentiellement connaître les langues anciennes telles que le latin et le grec. Les sciences du langage concernent l’étude du langage en termes scientifiques. Une bonne maîtrise des mathématiques est recommandée.
Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) proposent une très bonne formation littéraire avec des spécialités en histoire, géographie, littérature ou en langue. Vous pouvez donc acquérir une très bonne culture générale.

Après un bac L (littéraire), l’université reste la voie privilégiée d’accès aux études supérieures pour les littéraires. Mais ils choisissent également d’autres débouchés, plus surprenants, comme les écoles de commerce !

L’université après un bac L

64,7% des bacs L se dirigent vers l’université. Avec un filière phare : lettres et langues. Les lettres classiques pour les férus de langue ancienne, lettres modernes pour les accros aux analyses de textes. Souvent, ces études mènent à l’enseignement, par le biais du CAPES ou de l’agrégation, manquant de candidats dans ces spécialités, ou à une poursuite en master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation. Mais d’autres secteurs s’ouvrent également aux bacs L : métiers du patrimoine et du livre, journalisme et communication… Pour les polyglottes, les langues peuvent se mêler à une autre filière, ce sont les doubles cursus, lettres-langues, histoire-langues…, mais également s’étudier à temps complet. La licence langues, littératures et civilisations étrangères (LLCE) permet au bac L d’approfondir sa connaissance de la langue, de la culture, de la civilisation, pour l’enseigner, la traduire, l’étudier, ou exercer dans le tourisme. Quant à la filière langues étrangères appliquées (LEA), il s’agit d’étudier des langues étrangères en relation avec une discipline, commerce, économie…

En droit, les bacs L représentent 20% des inscrits en première année. Volume horaire important, nouvelles matières, il faudra s’accrocher dès la rentrée, et surtout, ne pas choisir ce cursus par hasard. À la sortie, des fonctions juridiques de prestige, mais sélectives, comme avocat, juge, notaire, et la possibilité de passer des concours administratifs (ENA, fonction publique…).

Nos bacs L se bousculent également en psychologie, mais la filière enregistre de nombreux abandons en cours de route : attention, le cursus est exigeant, et demande de bons résultats dans les matières scientifiques (beaucoup de statistiques). Et les sciences humaines et sociales offrent d’autres possibilités : sociologue, géologue, archéologue

En arts, on trouve diverses mentions pour les bacs L, arts plastiques ou du spectacle, musique, menant à l’enseignement, pour l’Éducation Nationale (postes se raréfiant), mais aussi asso, collectivités…, et aux concours des différentes écoles. Les sciences de l’éducation ouvrent la voie aux métiers du travail social, et à certains concours administratifs.
Et pourquoi pas l’économie-gestion ? La licence administration économique et sociale (AES), pluridisciplinaire, reste la plus adaptée aux L. Les débouchés : métiers de la banque, de l’assurance, des ressources humaines.

Bac L : Les classes prépas

7,9% des bacs L choisissent les classes préparatoires aux grandes écoles (7,8% CPGE lettres, 0,1% économiques, faible pourcentage s’expliquant par le niveau de maths important). Aujourd’hui, de nombreuses places restent vacantes dans ces classes : tentez votre chance ! Si le programme reste ardu, la classe prépa permet de ne pas se spécialiser immédiatement, laissant ouvertes les voies d’orientation, et de postuler pour de prestigieux concours : ENS (Écoles Nationales Supérieures), IEP (Instituts d’Études Supérieures), écoles de journalisme, Grandes Écoles, dont celles de commerce, qui apprécient de plus en plus les profils littéraires. Que ce soit en prépa lettres (A/L, la fameuse hypokhâgne puis khâgne), prépa lettres et sciences sociales (B/L), Chartres ou Saint Cyr, voire prépa commerce (mais mieux vaut passer par la voie réservée aux littéraires pour intégrer une école de commerce), il faudra s’adapter au rythme soutenu, au travail personnel important, mais rien d’insurmontable avec un peu de motivation et de passion. Filet de sécurité : la possibilité de repartir vers les bancs de la fac en cours de route.

Les filières courtes avec un bac L

Les bacs L optent surtout pour les BTS (10,5%), moins pour les DUT (2,1%). Une formation à la fois théorique et pratique en deux ans, souvent en alternance, pour une insertion immédiate sur le marché du travail, ou une poursuite à l’université (souvent en licence pro) ou en école spécialisée. Les BTS tourisme et communication attirent le plus, audiovisuel et photographie dans une moindre mesure. Certains vont même en hôtellerie et restauration, après une année de remise à niveau. Côté DUT, les bacs L sont friands d’information et communication et carrières sociales.

Les écoles accessibles après un bac L

Arts, communication (une centaine d’écoles), audiovisuel, paramédical (infirmiers, orthophonistes…), journalisme (une cinquantaine d’écoles, treize reconnues par la profession), les écoles spécialisées sont nombreuses… et ne se valent pas toutes ! Les tarifs d’inscription ne sont pas synonymes de qualité, il faudra impérativement regarder la reconnaissance du diplôme par l’État.

Quels métiers après un bac L ?

Les métiers accessibles après un bac L sont très nombreux puisque le bac L ouvre la porte à beaucoup de secteurs (le bac L est un bac général). Avant de s’intéresser à un métier, il faut donc se pencher sur un secteur qui vous intéresse. Une fois le secteur déterminé, il vous sera facile d’y trouver les métiers qui le composent ! Pour cela, vous pouvez utiliser notre « moteur de recherche métiers ».
D’une manière générale, le bac L offre des débouchés vers :
Les métiers des lettres et langues, les métiers de l’enseignement, les métiers de la communication, les métiers du tourisme, du droit, de la psychologie, des arts, de l’économie-gestion ou encore de l’audiovisuel.

Témoignage : Sandrine, 18 ans, Bac L

Littéraire dans l’âme, Sandrine a toujours souhaité étudier les lettres. «Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours eu une appétence pour la littérature, notamment pour les romans de Balzac, Zola ou Maupassant». C’est donc tout naturellement qu’une fois son bac L en poche, elle s’inscrit en licence de lettres modernes. «Histoire de la langue, Linguistique, Latin, Stylistique rhétorique, sciences du langage ou encore communication… les enseignements sont aussi intéressants que variés» estime Sandrine. D’ailleurs après la licence, elle se verrait bien en master communication afin d’exercer le métier de responsable communication dans une maison d’édition afin d’associer «travail et plaisir». «Promouvoir des auteurs et leurs romans et être payé pour cela, serait l’idéal» conclut Sandrine. Souhaitons-lui bonne chance.

http://www.etudes-litteraires.com/forum/forum11-la-filiere-litteraire.html

Lorelei et Marianne, j’écris vos noms: Duisbourg, le 22 février 2016

Lorelei et Marianne, j’écris vos noms:  autofiction sur le thème des relations croisées entre l’Allemagne et la France, des années cinquante à nos jours, par le prisme de lettres imaginaires échangées au sein d’une famille franco-allemande.  Des lettres écrites en allemand « répondent » en quelque sorte à ce panorama, sur mon blog allemand, liens en bas de texte.

 

Cinquième  partie:

Duisbourg, le 22 février 2016.

 

Ma chère maman,

 

Ce petit paquet de surprises fraîchement achetées pour toi ce matin au grand centre commercial de Duisbourg : les confitures que tu adores, un peu de salami allemand, deux pains noirs, et pleins de journaux ! Mais tu sais, c’est vraiment pour te faire plaisir, parce que j’ai l’impression que contrairement à autrefois, on trouve presque toutes ces bonnes choses aussi en France, au LIDL, et beaucoup de magazines à la Maison de la Presse!

10991261_10203778738525767_1215898589420774134_n

J’ai pris un millier de photos de la maison de Papu et Mutti, du quartier de Wannheim, du centre-ville… Il me tarde de te les montrer. Duisbourg a complètement changé, tu ne reconnaitrais rien ! Bien sûr, les usines sont encore là, mais la ville ne présente plus cet aspect grisâtre qui était lié à la pollution et au charbon.

10994319_10203778826327962_5986926007826244592_n

Les bords du Rhin ont été aménagés, une sculpture de Niki de Saint-Phalle orne la grande rue piétonne, le Lehmbruck Museum draine des touristes venus du monde entier…

1536426_10203791978296753_4084549647264320133_n

Notre quartier, par contre, si l’on excepte la disparition des Anglais, n’a pas changé, le grand parc où je me promenais avec Papu est encore plus beau, même la « Bude » du coin de la rue est encore là !

10955734_10203778766366463_7151947922150892584_n

Les nouveaux propriétaires m’ont très gentiment reçue, je suis même revenue dans le jardin, bien moins beau toutefois qu’à notre époque…En buvant le café dans le salon, au pied de la baie vitrée donnant sur la terrasse que Papu aimait tant, je me suis souvenue de toutes les merveilleuses vacances que nous passions à Duisbourg : jamais nous ne vous remercierons assez de nous avoir fait grandir entre ces deux cultures, avec la richesse de deux langues, de deux regards sur le monde…J’ai essayé de raconter tout cela aux voisins, qui m’ont reçue avec émotion ; quelle chance cela a été pour nous que d’avoir pu vivre cette double appartenance, puisque nous aimions autant le soleil de notre Sud-Ouest que les cieux agités de ta chère Rhénanie, puisque nous étions choyés par ces grands-parents si différents et pourtant si aimants, qui ont su passer outre la guerre qui les avait opposés, puisque nous avons dès l’enfance chanté les comptines des deux pays et dégusté les spécialités culinaires respectives de la France et de l’Allemagne…

Bien sûr, et j’en ai parlé chez ton frère qui m’a accueillie avant-hier, nous avons aussi souffert parfois des différences qui opposaient nos deux cultures… Nous avons évoqué mamie qui te gourmandait quand toi, la protestante, voulait nous lire la Bible, puisque la catholique fervente qu’elle était ne jurait que par le Missel ; nous nous sommes souvenus des « bourdes » commises de part et d’autre du Rhin, de cette anecdote souvent racontée de Mutti demandant des pommes de terre lors de votre repas de noces, à Castres, ou des plaisanteries douteuses des voisins de papi et mamie évoquant la belle-fille « boche »… Mais ton frère, lui aussi, garde surtout en mémoire les repas de famille dans nos maisons de campagne, lorsque, dans l’une des trois maisons de la Provinquière, les langues se déliaient, en patois comme en allemand, au gré des verres de rosé et des belles tranches de gigot !

Papu au hameau de la Provinquière
Papu au hameau de la Provinquière
Papi et mamie, les grands-parents français
Papi et mamie, les grands-parents français

Nous pouvions presque entendre encore le bruit des boules de pétanque lorsque, à la nuit tombée, mes deux grands-pères jouaient, béret sur la tête, devant le lavoir, deux anciens ennemis réconciliés par la bonne chère et par leurs quatre petits-enfants bilingues, si heureux de ces étés au hameau où s’élevaient les maisons de campagne de leurs grands-parents français et allemands et de leur oncle !

Je ne saurai jamais, je pense, si je me sens davantage Française ou Allemande. En fait, je crois qu’en France, j’aime à revendiquer mon origine allemande, fière de mon deuxième pays qui a su surmonter les brûlures de l’Histoire, de ce pays qui a inventé l’écologie, qui a ouvert des bras aux Migrants, de ce « pays des Penseurs et des philosophes » que je dépeins avec passion à mes élèves…Mais dès que je suis en Allemagne, je redeviens «la Française », l’héritière notre pays des Lumières, me sentant d’une part obligée de faire preuve de l’élégance naturelle des Parisiennes, et rejetant d’autre part tous ces côtés maniaques qui me hérissent outre-Rhin : moi, traverser au vert quand toute l’avenue est dégagée ? Jamais !

Quoi qu’il en soit, j’ai été extrêmement heureuse de ce retour aux sources, même si je n’ai pas retrouvé la tombe de Papu. Tu sais, en parlant de tombes, il y a ici quantité de Migrants, ceux qui ont échappé à une mort certaine en fuyant leur pays en guerre, et je suis extrêmement reconnaissante à la Chancelière d’avoir ouvert ses bras à ces milliers de gens en détresse, à tous ces enfants qui, comme toi autrefois, étaient obligés de se coucher dans les fossés pour échapper aux bombes…Notre Allemagne rayonne aujourd’hui, au cœur de notre Europe, comme un phare bienveillant. Je vous remercie, mes chers parents, d’avoir été parmi les artisans de la paix et de la reconstruction !

Je t’envoie ce paquet accompagné de toute ma tendresse bi-nationale, embrasse papa de ma part, dis-lui que je lui rapporte du Schnaps !

 

Ta fille, Sabine.

 

Curriculum vitae

Rhénane

Pour les étés de mon enfance
Bercés par une Lorelei
Parce que née de forêts sombres
Et bordée par les frères Grimm
Je me sens Romy et Marlène
Et n’oublierai jamais la neige

Rémoise

Pour un froid matin de janvier
Parce que l’Ange au sourire
A veillé sur ma naissance
Pour mille bulles de bonheur
Et par les vitraux de Chagall
Je pétille toujours en Champagne

Carolopolitaine

Pour cinq années en cœur d’Ardennes
Et mes premiers pas en forêt
Pour Arthur et pour Verlaine
Et les arcades en Place Ducale
Rimbaud mon père en émotion
M’illumine en éternité

Albigeoise

Pour le vaisseau de briques rouges
Qui grimpe à l’assaut du ciel bleu
Pour les démons d’un peintre fol
Et ses débauches en Moulin Rouge
Enfance tendre en bord de Tarn
D’une inaliénable Aliénor

Tarnaise

Pour tous mes aïeuls hérétiques
Sidobre et chaos granitiques
Parce que Jaurès et Lapeyrouse
Alliance des pastels et des ors
Arc-en-ciel farouche de l’Autan
Montagne Noire ma promesse

Occitane

De Montségur en Pays Basque
De la Dordogne en aube d’Espagne
Piments d’Espelette ou garigues
De d’Artagnan au Roi Henri
Le bonheur est dans tous les prés
De ma Gascogne ensoleillée

Toulousaine

Pour les millions de toits roses
Et pour l’eau verte du canal
Sœur de Claude et d’Esclarmonde
Le Capitole me magnétise
Il m’est ancre et Terre promise
Garonne me porte en océan

Bruxelloise

Pour deux années en terre de Flandres
Grâce à la Wallonie que j’aime
Parce que Béguinage et Meuse
Pour Bleus de Delft et mer d’Ostende
En ma Grand Place illuminée
Belgique est ma troisième patrie

Européenne

Pour Voltaire Goethe et Schiller
Pour oublier tous les charniers
Les enfants blonds de Göttingen
Me sourient malgré les martyrs
Je suis née presqu’en outre-Rhin
Lili Marleen et Marianne

Universelle

Pour les mots qui me portent aux frères
Par la poésie qui libère
Parce que j’aime la vie et la terre
Et que jamais ne désespère
Pour parler toutes les langues
Et vous donner d’universel.

Première partie :

http://sabineaussenac.blog.lemonde.fr/2016/02/26/de-lorelei-a-marianne-duisbourg-le-18-juillet-1958/

Deuxième partie :

http://sabine-aussenac-dichtung.blogspot.fr/2016/02/von-der-lorelei-bis-zu-marianne-castres.html

Troisième partie :

http://sabineaussenac.blog.lemonde.fr/2016/02/26/de-lorelei-a-marianne-reims-le-8-juillet-1962/

Quatrième partie :

http://sabine-aussenac-dichtung.blogspot.fr/2016/02/lorelei-und-marianne-albi-den-12oktober.html