Écrire…#littérature #poésie #hommage #prixlittéraires #Goncourt #Fémina #édition #éditeurs

Écrire.
Parce que ça brûle et que les mots mangent les miasmes mortels.
Parce que je me consume.
Écrire.
Pour hurler les insupportables injustices d’une vie entre chien et loup, pour appeler tous les soleils.
Écrire.
Pour respirer les lilas et les roses, parce que consommer ne suffit plus.
Écouter la petite fille de sept ans qui déjà dans une rédaction voulait « son nom écrit en lettres d’or »
Écouter l’adolescente rondelette qui savait qu’elle ne serait jamais starlette, mais que son esprit avait la grâce des vents.
Écouter la jeune fille qui noircissait cahiers et carnets de poèmes et d’intimes.
Faire taire les médisants et les jaloux, ceux qui ricanent en disant « tu fais encore tes poèmes ? » et ceux qui ne lisent jamais.


Écrire.
Sentir les mots qui fusent dans mes veines comme autant de petits shoots, les modeler comme je respire, les coucher tous neufs sur le papier de soie de l’imaginaire.
Les voir s’embouteiller pare choc contre pare choc sur le bitume de mes nuits, les regarder décoller ou décolérer, me prendre soi-même par la main.
M’amener au parc Monceau des mémoires et manger des mots tagadas.
Écrire.
Exister.
Survivre.
Se sentir relié au vivant. Microcosme dans le macrocosme des auteurs. Relire Rilke, Desnos, Sophocle, jouer dans la cour des grands.
La solitude n’existe plus, dès lors que les lettres ont pris forme dans un cerveau d’enfant. Je me souviens de cet immense chagrin : et comment ferai-je pour « tout » lire ? Le fait de ne jamais visiter la Patagonie ou les Maldives me tourmentait bien moins que l’idée de ces milliards de pages que je n’aurais jamais le temps de parcourir…


Écrire.
Pour te parler.
Pour vous parler.
Pour les méridiens célaniens autour d’une terre murmurante et dialogique.
Pour bousculer les idées reçues et pas pour recevoir des prix.
Pour maculer les neiges et éblouir les nuits.
Pour faire basculer dans le vide les parachutes dorés.
Par devoir d’insolence.
Par malice ou par fierté, par respect ou culpabilité.
Écrire.
Pour le poids des mots, le choc des idées, pour les mots tocsins et les caresses d’âmes.
écrire.
Te toucher dans le mille. Te bouleverser. Te traverser. Te tournebouler. Te secouer jusqu’à l’extrême. Pour t’inventer, te rencontrer, te trouver. Pour te parler.

https://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/liberte-etat-animal_b_1917609.html


Écrire.
T’écrire.
Oublier ceux qui m’accusaient de verbiage. De me répéter. D’oser communiquer par le bais des mots couchés en lieu et place d’une discussion franche.
Relever la tête des mots. Leur apprendre à défiler comme sur un podium, entre insolence et grâce.
Couper les franges, outrer les regards, charbonner les yeux, raccourcir les jupes. Mots de filles, mots de femme libre, créatrice, mannequin et cliente : j’écris et m’habille comme bon me chante.
Mots de blonde, mots de bombe. Mes mots bombent le torse et s’affichent en talons aiguilles.
T’écrire, te dire.
Écrire les envies aussi, les désirs, les folies. Ecrire le feu, écrire par le feu. Et les frissons tentants.


Écrire.
Partout. Sur des bouts de papier volés, sur la nappe des restaurants, griffonner, noircir, exploser.
Sentir la brûlure de l’urgence quant l’idée naissante se présente dans la maïeutique du quotidien.
Oser réclamer du papier au magasin de fleurs, et griffonner sur tout support possible. Les chéquiers se font Nobels en puissance, le plan de Paris devient Goncourt.
Écrire encore à la main, pour le plaisir des volutes de l’encre et de la sensualité des lettres papiers. Envoler des majuscules gracieuses sur des enveloppes ensuite personnalisées. Et parfumer la lettre, bien sûr, en synesthésie malicieuse de femme amoureuse.


Écrire.
Frapper aux portes du ciel. Détourner les avions du quotidien. Se faire chasseurs d’orages. Devenir le hacker de sa propre vie, pirater ses données pour ne jamais les formater. Souffler sur ses rêves jusqu’à tisonner l’impossible.
Mots silex.
Guerre du feu de l’imaginaire.
Devenir tribu.
La horde, c’est vous.
Garder le feu, se faire caverne et découvreur de mythes.
Écrire.
Rassembler les possibles, croiser le fer contre la banalité.
Devenir peuplade inconnue, terre vierge.
Mots berceau de l’humanité.
Écrire.
Se faire parchemin, tablette, vélin.
Devenir Table de la Loi, Torah, Coran.
Mots buisson Ardent.
Révélations.


Écrire.
Etre l’historien des mondes et un monde en soi.
Bâtisseur de cathédrales et patron de start up.
Écrire le vent et les villes, les sables et le froid, écrire les pertes et les dons, le pardon et la grâce.
Écrire pour trouver grâce à tes yeux.
Écrire pour que tu me manges des yeux.
Écrire qu’il n’est jamais trop tard.
Pour faire fleurir le désert des Tartares.
Écrire.
Pour que tu me déshabilles du regard.
Pour que tu me lises très tard.
Écrire.
Pour que tu devines mes lettres dans le noir.
Pour que tu devines mes formes le long des soirs.
Écrire.
Pour que tu aies envie de me prendre la main.
Pour que tu sentes soudain la roue du destin.
Écrire.
Pour que mes mots te soient caresses, pour que tu sentes mes tendresses.
Pour que ma lune te soit soleil.
Pour que mes étoiles deviennent arc-en-ciel.

http://www.poesie-sabine-aussenac.com/

http://www.poesie-sabine-aussenac.com/cv/portfolios/ich-liebe-dich
Écrire.
Pour apaiser mes creux au ventre.
Pour te dédier l’inextinguible.
Pour te faire sentir que je tremble.
Écrire.
Pour allumer tous nos possibles.
Pour que la nuit nous soit complice.
Pour te murmurer des serments, pour que tu m’embrasses dans le cou.
Pour que tu deviennes fou.
Écrire pour que tu me trouves belle.
Pour devenir ciel et enfer de ta marelle.
Pour te susurrer des images.
Écrire pour trouver le passage.
Écrire pour ne pas être sage.
Écrire pour t’aimer, nous aimer, aimer.
Écrire.


Et vivre.

PS: les # du titre ne sont là que pour la visibilité du texte:) Je n’ai aucune prétention:) -et ce texte date de 2009…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s