2014, à la Georges Perec.

 

malala-nobel

Je me souviens de la liesse teutonne et de ce « Nous sommes le peuple », et j’ai aimé cela. L’Allemagne championne du monde, pacifiquement.

Je me souviens du sourire d’Hervé Gourdel. Et je refuse de me souvenir de celui de ses bourreaux.

Je me souviens de la tête baissée d’Oscar Pistorius.

Je me souviens du concert des lycéens de mon fils et des filles qui scandaient son prénom.

Je me souviens de mes hurlements de rire devant « Qu’est-ce-qu’on a fait au Bon Dieu ? »

Je me souviens des hurlements des proches des passagers de l’avion disparu de la Malaysian Airlines et de l’avion abattu en Ukraine.

Je me souviens du ridicule de ce scooter et de l’odeur rance de ces croissants. Et de « ce moment ».

Je me souviens de Oh Capitaine, mon Capitaine, et de mon émotion.

Je me souviens de Udo Jürgens, fringuant et attachant au soir de ses 80 ans, avant de disparaître quelques semaines plus tard.

Je me souviens du mot Zadiste et de ma colère devant la récupération des idéaux de certains, jusqu’à la mort de Rémy.

Je me souviens des dizaines de femmes mortes cette année sous les coups de leur compagnon, et de tous ces enfants tués aussi. Je me souviens de cet élève de mon collège, abattu d’une balle de gros calibre par son père, durant la pause déjeuner.

Je me souviens des yeux brillants de Malala qui recevait son Prix.

Je me souviens de ce premier paiement de la pension alimentaire attendue depuis 4 ans.

Je me souviens de Dieudonné, de ma colère et de sa connerie.

Je me souviens de mon premier prix à ce concours de nouvelles.

Je me souviens des sourires de mes petits sixièmes et de leur première chanson en allemand.

Je me souviens de notre inquiétude pour Schumi.

Je me souviens de ma propre chute fin août, et des apprentis plombiers qui m’ont secourue avec une échelle par la fenêtre. Cette fois j’avais mis les mains, je ne m’étais pas cassé le nez.

Je me souviens du dîner du CRIF et de ma rencontre avec Latifa, Manuel, Arié.

Je me souviens du tweet de Bernard Pivot et du coup de fil de Pierre Santini.

Je me souviens des épisodes de Fais pas ci fais pas ça, Profilages, Alice Nevers

Je me souviens que je suis montée à Lutèce et que j’ai marché sur les traces d’Alice Nevers. Je me comprends. Et je me souviens de mon sourire il y a quelques jours, en apprenant que…

Je me souviens de ma découverte des polars scandinaves.

Je me souviens de cette promenade dans Cordes sur Ciel presque déserte, et du Musée du Catharisme.

Je me souviens du Violon d’Ingres à Montauban, et des enfants courant nus dans le miroir d’eau du Capitole.

Je me souviens de mon oncle octogénaire expliquant la Résistance à mon fils, et je me souviens de la commémoration de Toulouse, la Résistante.

Je me souviens des ricanements de certains élèves regardant le Journal d’Anne Frank.

Je me souviens des cohortes de réfugiés syriens et des centaines de migrants morts en Mare Nostrum.

Je me souviens de mon invitation au Printemps des Poètes en Guadeloupe.

Je me souviens des mains de David Lively au festival de Piano aux Jacobins.

Je me souviens de 2014 et je vous souhaite un an neuf lumineux et tendre, impétueux et engagé, apaisé et serein.

https://www.youtube.com/watch?v=55HcPt_pcGc

 http://ateldec.chez.com/00002000/

Au quatorze juillet ton histoire est la mienne

Au quatorze juillet ton histoire est la mienne

 https://www.youtube.com/watch?v=GzhLcCgwpwA

 

Comme elle me semble douce, ma belle république,

Celle où voici longtemps bien des vents se calmèrent,

Quand de nos soleils fous aux cent plaines nordiques

Robespierre et Danton d’ennemis furent frères.

 

Comme elle me semble belle, ma France des flonflons,

Celle qui sait danser sur mille accordéons,

Lorsque de nos villages aux confins de Paname

Un seul peuple festoie de bon cœur et d’une âme !

 

Comme elle me semble forte, ma belle aux artifices,

Celle où l’on célèbre La Bastille tombée

Aux rythmes des canons et d’idées malmenées,

Quand chaque bourgade fait de Versailles office…

 

Comme j’aime observer les étoiles explosées

En ciel bas de Bourgogne ou clément en Olonne,

Lorsque rient les enfants à la lune étonnée

Par tout ce déploiement de Lille à ma Gascogne.

 

Comme j’aime drapeau et me sens cocardière,

Quand des Champs Élysées à notre Cannebière

Métissages dansant font résonner campagnes,

Et que coulent pastis, pinaud noir et champagne.

 

Nul ne m’enlèvera ma ferveur citoyenne :

Je me sens Marianne et te salue, ma France !

Accorde-moi encore cette dernière danse ;

Au quatorze juillet ton histoire est la mienne.

**

PS: et puisque je suis métisse rhénano-tarnaise, allemande par ma maman, vous imaginez ma joie en ce 14 juillet 2014, puisque mon pays célèbre sa Fête Nationale, quand ma deuxième patrie vient de remporter la Coupe du Monde…

Vive l’Europe! Vive la Mannschaft! Et vive la République!!!