Tisséo, l’entreprise qui aimait les femmes

Tisséo, l’entreprise qui aimait les femmes

11146472_969291989757457_5572987674354550690_n

Chez Tisséo, on aime les femmes. Et on le leur fait savoir, tous les jours, depuis plusieurs mois –avec une petite interruption durant les vacances de Pâques, mais nous ne leur en tiendrons pas rigueur.
Car depuis plusieurs mois, grâce à Tisséo, les Toulousaines sont en passe d’acquérir une ligne de déesses, un corps de rêve, et ce à point nommé, peu de temps avant les belles chaleurs estivales :
Oui, osons le proclamer haut et fort : merci, merci à cette régie de transports qui gère les lignes de bus, de tram et de métro de la Ville Rose et des communes environnantes. Merci de faire des habitantes de Tolosa des gazelles au pied délié, des marathoniennes enjouées, merci à Tisséo de permettre à des milliers de femmes de retrouver le corps de leur vingt ans en marchant matin et soir des kilomètres pour rallier leur lieu de travail !
Il paraît que des voix s’élèvent contre cette grève, mais je m’en étonne ! Car vraiment, qu’y a-t-il de plus agréable que de se lever dès potron-minet pour attendre vainement le 16, vers 6 h 30, avant de galoper telle une fée légère vers François-Verdier, y prendre le métro qui daigne parfois rouler, puis attendre, sereinement, au milieu des vapeurs polluantes des artères bien encombrées et de ces pollens qui, tout le monde le sait, ne dérangent personne, le Tram de la ligne T1 qui est censé circuler à raison d’une rame sur deux mais qui, en pratique, ne passe que toutes les heures ?

Photo3439

Puis arriver, la mine déconfite, vers un chef qui est tout à fait capable de vous menacer d’une retenue sur salaire pour service non fait, avant de reprendre ce même chemin le soir, arrivant, toujours guillerette, à son domicile juste à temps pour voir le JT national qui, bien sûr, s’obstine à taire ce conflit social agitant une des plus grandes métropoles de France…
‘ Au cœur de ce conflit, la revalorisation salariale des traminots de 0,45 %, actée par la direction et «au-dessus de l’inflation actuelle», a réaffirmé hier Olivier Poitrenaud, directeur général de Tisséo. Les chauffeurs de bus réclament avec fermeté de 3 à 4 % d’augmentation de salaire, «notamment pour combler une augmentation de la mutuelle de 15 %», rappelle Benjamin Bordères (délégué Sud). Mais du côté de la direction, de nouvelles négociations «ne sont pas à l’ordre du jour». «Les négociations ont eu déjà lieu (en janvier, N.D.L.R.) et les dispositions prises pour revaloriser le point d’indice à 0,45 % sont appliquées, de même que les 10 % de prime du samedi et 10 % pour la prime outillage, ajoute Olivier Poitrenaud. J’ai aussi dit qu’il y aurait une clause d’indexation en cas de revalorisation de l’inflation cette année. Nous considérons que ces propositions sont tout à fait honorables». ‘
http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/28/2094945-bus-et-tramway-la-greve-chez-tisseo-se-durcit.html

Mais chut, ce n’est pas grave, n’est-ce pas ? Somme toute, quand des éboueurs font grève à Marseille, c’est important d’en parler sur la scène nationale, mais Toulouse, que dire de Toulouse, de toutes façons déjà vouée à l’hégémonie chinoise avec la vente des parts de son aéroport, presqu’ibère comme le disait Claude avec sa « corne de le l’Espagne », non, Toulouse ne vaut pas une messe du 20 heures…
Peu chaut aux médias nationaux la détresse de milliers d’habitants pris en otage par une entreprise dont les chauffeurs et la direction se refusent aux moindres négociations ; la ville d’Airbus est livrée à elle-même, entre Garonne qui ondule et le Canal qui verdoie, avec ses collégiens et étudiants épuisés en ces veilles d’examens, ces besogneux qui ne peuvent plus se rendre à leur travail, ces mamans enceintes qui ne peuvent plus aller voir le médecins, ces mamies qui aiment la castagne, mais qui ne peuvent plus « descendre en ville » pour s’en aller bader vers la Place Wilson.
Dieu sait que je les aime bien, mes Gérard, Doudou, Anne, mes chers chauffeurs de la ligne 16 qui me permet en temps ordinaire d’arpenter en tous sens ma cité gasconne.
http://mariuspinel.over-blog.com/article-la-ligne-16-revolutionne-notre-place-pinel-120032369.html
Mais là, je n’en peux plus. Si mes kilos fondent à vue d’œil, les séquelles d’un grave accident de trajet se réveillent aussi, l’un de mes genoux menace de rendre l’âme. Que m’importera ma ligne de sylphide si je dois clopiner à vie pour cause de revendications salariales ?

Faites un effort, les gens.
Toulouse is to win !!!!!!!!!!!!!!
http://www.refletsdutemps.fr/index.php/component/zoo/item/chou-hibou-caillou-genou?category_id=6

DSCN2117

C’est ce jeune en colère, qui apprend le mot « Mai »…

17436_s3

 

C’est ce jeune en colère, qui apprend le mot « Mai »…

C’est cette radio qui se met à danser, musicale et nouvelle, sans les flashs mortifères des infos répétées.

C’est cet enfant joyeux, un ballon à la main, qui commence à sourire en voyant les drapeaux.

C’est cette femme âgée, qui dodeline de la tête, qui en quelques instants se revoit en 36 : lorsque la joie au cœur et les jupes légères on partait à la mer comme on quitte un hiver, les mollets bien trempés et la fleur au sourire.

C’est cette enfant timide, aux lunettes carrées, qui soudain oui se lève et suit les révoltés : elle dit non à son prof, elle dit non à son père. Aujourd’hui elle sera révolutionnaire.

C’est ce jeune en colère, qui apprend le mot « Mai », qui ne savait pas jusqu’à hier qu’on pouvait résister.

C’est la femme épuisée, qui se lève aux aurores, dont les aubes sont blanches et ont goût de charnier, qui rejoint au soleil ses amies qui défilent ; aujourd’hui on verra même les sans papiers.

C’est le temps des cerises même au cœur des chantiers, quand on a en mémoire les Communes et les chants : ce pays se souvient qu’il a su exister.

C’est pour tous nos grands-pères qui arpentaient les mines, pour les foules en colère, pour les arbres de Mai. Pour nos vies en Bastilles qui enferment les rêves, pour ces jours guillotines qui nous fauchent en chemin.

C’est pour dire aux enfants que la rue peut descendre, que les peuples ensemble sont plus fort que les Grands, et qu’il faut à présent oser dire et comprendre, parce que souvent ancêtres ont souffert dans leur sang.

C’est pour Rosa la Rouge malgré tous les goulags, pour Gavroche et Arlette, malgré lourdes erreurs, et pour tous les lilas enlacés à vos roses, car jamais ne pliera le roseau des espoirs.

C’est un matin qui chante, en mémoire de hier. Quand demain se prépare en action, mais sans guerres.

C’est la quinqua pimpante aux enfants allaités, qui devrait oublier qu’elle a nourri la France, c’est celui qui travaille depuis l’adolescence, c’est l’écrivain debout qui ne veut pas s’assoir.

C’est cette liberté de rester ou de vivre, de garder un métier si passion nous anime, ou d’aller profiter d’une vie qui s’enfuit, quand le corps déjà faible demande juste répit.

C’est l’essence qui manque, c’est le train qui s’ennuie, c’est l’usine assoupie au plus fort des cadences, c’est la classe oubliée car le maître est parti : c’est la Grève générale.

Et aujourd’hui j’en suis.

Sabine Aussenac, professeur titulaire « TZR », certifiée depuis 1984, ayant son poste fixe depuis 1995.

En poste « hors zone » avec plus de 6 heures de trajets par jour.

 

 1780617_10201562926691856_1332683812_n

http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/les-tzr-ces-roms-de-l-education-nationale_b_1852799.html