Éternelles burqas du silence…#burkini

Afficher l'image d'origine

Éternelles burqas du silence :

capes d’invisibilité…

Ignorées transparentes surtout

ne pas exister.

Corps de verre

brisés par cette armure telle

ceinture de chasteté

sociale,

la femme est vierge éternelle

ou putain, terra incognita

des désirs,

vouée aux Gémonies du

nomandsland sous cette chape de

plomb,

disparue sous les drapures

imposées par la main des violences masculines.

Afficher l'image d'origine

Éternelles burqas du silence,

du voile au burkini en

passant par niqab

ou hidjab,

cachez ce corps que

je ne saurais voir.

Mutilations ancestrales sous

couvert du Livre :

excision des beautés,

infibulation des chairs,

castration inversée

par peur de ce corps féminin,

de ses courbes, de

ses pleins et de ses déliés

qui engendrent

qui caressent

qui jouissent

même sans le glaive du Seigneur

mais n’ont pas ce droit primitif

à la liberté :

Jamais.

Afficher l'image d'origine

Éternelles burqas du silence,

jusqu’à n’être plus que

fente d’un

regard,

dernier bastion du droit à

la survie

dans un monde

où tout est tabou,

dans un monde sans

allégresse, désert de pierres,

ces pierres qui nous lapident,

nous, les femmes

toujours adultères,

un monde où la danse, la musique,

la vie même

sont voués à la charia.

Afficher l'image d'origine

Éternelles burqas du silence,

et vous Messieurs les Jurés

du Conseil d’État,

vous les hommes

censés représenter

la liberté l’égalité la sororité

vous avez osé

confirmer

le droit des Hommes à

mutiler les Femmes !

Je vous conspue, Messieurs les Jurés,

je vous bannis,

je vous déclare indignes

de nos Libertés Fondamentales,

vous qui venez d’interdire

aux corps d’exulter,

de se livrer à la vie,

au sable, aux vents, au soleil, à la mer, aux quatre éléments

qui nous constituent liberté,

vous qui venez d’interdire

le feu sacré

l’eau lustrale,

le pneuma vivifiant

et la terre nourricière

à celles qui pourtant

donnent la vie,

à vos

mères,

vos soeurs,

vos femmes,

vos filles,

à toutes les Françaises

qui pourtant sont Marianne.

Rimbaud et le burkini: des contempteurs des corps…

 

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/l-afghanistan-n-a-pas-toujours-ete-le-pays-le-plus-dangereux-du-monde-bien-au-contraire-ces-photos-vont-profondement-vous-choquer-elles-sont-pourtant-bien-reelles–2380

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160708.OBS4279/elles-militent-contre-le-voile-il-n-est-pas-sacre-il-est-patriarcal.html

 

Afficher l'image d'origine

Une journée particulière…

Une journée particulière….

 

 WP_20140218_001

Ce sourire, fatigué avant même que ne se lève le jour… Dans le bus de 5 h 21, nous sommes les deux seules passagères. Il ne nous a fallu que quelques brefs trajets pour entrer en conversation, naufragées de l’aube…

Je l’écoute, surtout. Elle fait des ménages dans deux bars- restaurants différents, l’ouverture, aussi. Elle n’a pas loin de soixante ans, se sent fatiguée.

Le chauffeur écoute distraitement, nous sourit. Ce matin, elle est guillerette, toute jeune fille, et claironne qu’elle va déménager, qu’elle ne prendra plus le bus, c’est formidable. Puis elle me lance l’estocade, en défi à cette vie qui la prive de sommeil depuis si longtemps :

–         Et puis vous savez, ma fille est aux États-Unis ! Elle n’a que seize ans, elle me manque beaucoup, mais c’est bien pour elle !

 

Les fleurs sont là, partout. Elles se bousculent sur la grille du collège comme si elles venaient chercher des résultats de bac ou de brevet. Il y a des dessins, aussi, plein de petits cœurs, et puis des petits mots, le terme « ange » revient souvent.

Il n’avait pas treize ans. Lundi dernier, il est parti manger chez lui, mais n’est jamais revenu au collège. Un homme a tiré au fusil de chasse dans sa peau de bébé, avant, ou après, je ne sais pas, avoir tué sa maman.

Cet homme, c’était son père, qui a ensuite retourné l’arme contre lui. Le journal a encore parlé de « drame familial », comme d’habitude, évitant le terme de « familicide ». Et puis sur de longues colonnes, on a fait l’éloge de ce « bon père de famille, un paisible chasseur de palombes »…Des victimes, pas un mot.

L’enfant s’appelait Sébastien, il était en cinquième dans mon collège.

 

Ils sont assis dans la salle des profs et se parlent en occitan. Oh, c’est sympa, l’occitan. Moi, j’écoute toujours Radio Occitanie en faisant ma vaisselle, quand je rentre de mes cinq heures de trajets, parce que cela fait 20 ans que j’ai perdu mon poste et que le rectorat m’envoie civiliser l’Ariégeois, faute d’élèves toulousains. J’aime bien, ça me fait toujours rire d’entendre le présentateur annoncer « los Dafto pounkos ».

Oui, dans mon établissement, il y a deux, j’ai bien dit deux profs d’occitan, et une seule prof d’allemand. Moi. Je les entends et je comprends à peu près tout, vu que l’occitan, c’est un mélange de français, d’espagnol et de latin, enfin je crois.

–         Los ségoundous quatre foun oun peu lé bourdel, nou ?

–         Et l’espreube dou bac oral, l’as préparat ?

J’ai honte pour eux, je les trouve encore plus ridicules que la dame qui annonce les stations en occitan dans le métro toulousain…Ils me renvoient, dans leur dialogue qui n’est qu’un monologue, puisque personne, hormis quelques élèves qui le passeront au bac, quelques mamies édentées sur les marchés et trois pelés et un tondu dans un bal de musique trad’ du fin fond du Lot et Garonne, ne PARLE plus l’occitan, à cette mascarade qu’est devenue la gestion des langues de l’Éducation Nationale, quand on ne prend plus les mesures nécessaires pour diffuser correctement ce qui reste la deuxième langue du commerce international et de l’internet, le teuton, et qu’on préfère favoriser le patois…Qui, vous en conviendrez, est bien utile pour postuler chez Airbus ou pour travailler sur les nouvelles technologies.

Quant à moi cette année, j’ai entre autres des 3° mélangés à des secondes. Nous ne sommes pas loin de la classe unique, avec un poêle où je jetterais des bûches après être venue en sabots…

 

Il est 15 h. Je repars dans l’autre sens, et, comme la ligne du TER est en travaux, la micheline est remplacée par un bus, que nous attendons, bloqués en gare de B…. Je rentre dans la jolie guinguette de la gare, qui se révèle être l’inverse d’un TARDIS, pour ceux qui connaissent Doctor Who, c’est-à-dire plus petite à l’intérieur qu’à l’extérieur. Mais c’est charmant. Il y a des affiches Suze, le PMU et un adorable autochtone qui se propose de me payer un café suspendu, car je ne pensais pas avoir assez de monnaie, et le village n’a pas de distributeur. –je vous épargne les rires gras quand j’ai demandé si le cabaretier prenait la Carte Bleue…

Je fuis au moment où un énorme « tas de barbaque » est déposé quasiment à même le comptoir, ils vont apparemment manger cette viande crue, après moult plaisanteries sur du cheval et le PMU. Vite, Toulouse ! (je repense à Alphonse Allais : « À la campagne, le jour, on s’ennuie. La nuit, on a peur. ») –mais non, je rigole, ils étaient charmants.

Devant la gare presque désaffectée, une sorte de camping-car affublé de l’inscription « CE cheminots ». Ben mazette, ils ont intérêt à profiter, les cheminots, parce que si le gouvernement veut leur sucrer les voyages gratuits, les bibliobus non plus ne vont pas faire long feu…Beau moment de partage avec la femme intéressante qui tient la boutique, passionnée et cultivée. Oui, Aristote et Marc Levy étaient aujourd’hui en gare de B…, et c’est tant mieux.

 

16 h, dernier TER avant le métro et le bus pour rentrer chez moi, après ma journée de « banlieusarde ». En face de moi, une dame de couleur, qui n’arrête pas de bailler, visiblement épuisée, et qui le dit. « Mais que je suis fatiguée, fatiguée… »

Je lui demande pourquoi, elle me raconte : le ménage, les ménages. Mais il faut bien vivre, travailler. C’est de plus en plus dur…Et pourtant elle voit de l’argent…Je lui narre ma traversée de Toulouse, la veille, pour trouver le magasin ALDI, et y dépenser les dernières pièces du mois. Nous convenons toutes les deux que nous dépensons une énergie folle pour ne pas nous laisser déborder. Elle trouve que j’ai une peau de bébé et que je ne fais pas mon âge. Je lui donne mon secret : du miel et de l’huile d’olive, en masque, tous les dimanches.

 

17 h. Une douche, parce que j’ai l’impression, après les huit transports en commun empruntés depuis le matin, d’être partie en Inde. Un peu de yoga. Le bac du chat attendra. Et puis aller courir, pour la première fois depuis mon grave accident de trajet du 18 avril. Tiens, ça fait juste 10 mois…10 mois qu’après 7 h de cours et 5 h de trajets, à l’époque entre Toulouse et Auch, je chutais lourdement face contre terre, avec une double fracture du nez, un trauma labial et crânien, un écrasement du trijumeau. Il me reste 3% d’incapacité, mais je ne m’abaisserai pas à « faire reconnaître mon handicap », comme m’y invite la grande annonce qui m’accueille chaque matin en salle des profs. Non, je me sens assez placardisée comme ça, et puis à quoi bon ? Après un CLD il y a quelques années, en lieu et place d’un poste fixe espéré avec le sésame des « 1000 points » pour la mutation, j’ai juste obtenu un autre poste de « titulaire remplaçante »…

Les oiseaux sont déchaînés, l’accalmie après ces semaines de de déluge et les premières violettes leur donnent des ailes ! Je cours, accompagnée par des merles moqueurs et joyeux.

C’est magnifique. Et bientôt je rentrerai, préparer un bon repas à fiston.