J’ai fait un rêve

 

Garonne expose, tous les dimanches d'été, Toulouse...
Garonne expose, tous les dimanches d’été, Toulouse…

J’ai fait un rêve.

D’une ville qui mettrait la moitié de son budget dans l’éducation et l’accès à la culture.

D’un département qui construirait une bibliothèque à côté de chaque collège et qui instaurerait la gratuité des livres pour tous.

D’une région qui transformerait les stades en accueils de concerts, qui multiplierait les constructions de théâtres.

D’un pays où les artistes, tous les artistes, pas seulement les peintres d’art dit « moderne » qui pour une couleur sur une toile blanche perçoivent des milliers d’euros, où les intermittents du spectacle, mais aussi les danseurs, les poètes, les acteurs, les photographes…seraient des stars, payés royalement, signant des autographes par milliers.

D’un monde qui organiserait la Coupe du monde des arts, la Arts World Cup.

J’ai fait un rêve.

D’une radio dite d’information qui, en cette période de Coupe du monde de foot, diffuserait, dans un esprit de parité, pour chaque info consacrée au sport une info consacrée à la culture.

D’une télévision où chaque soir en prime time seraient diffusés des spectacles, de l’opéra, du théâtre, des grands films, des visites de musées.

D’une école où il y aurait, de la petite section de maternelle jusqu’à la dernière année de doctorat, même en médecine ou en droit, autant de cours de culture artistique et musicale que d’heures d’EPS.

D’un pays qui organiserait des championnats de joutes poétiques, des courses musicales, des compétitions de peinture.

D’un monde où des millions, des milliards de personnes communieraient dans des stades où l’on écouterait des concerts, où des poètes déclameraient des vers, où des acteurs joueraient des grandes pièces, où des pom pom girls déchaînées danseraient sur des airs d’opéra, où des vuvuzelas siffleraient l’hymne à la joie.

J’ai fait un rêve.

D’un monde où le culte du corps irait de pair avec le culte de l’Esprit, où les petites filles ne deviendraient pas anorexiques, où les petits garçons auraient le droit, même sans être transgenres, d’aimer le ballet, où les top models seraient intelligentes et où l’on apprendrait aux membres de l’équipe de France de foot à parler en bon français.

D’un monde où l’argent sale du Qatar, souillé par l’esclavagisme et les dérives sexistes et islamistes, ne dominerait plus la marche des choses.

D’un univers où la Coupe du monde de foot n’existerait pas, mais où les gens se passionneraient, de l’Alaska aux îles du Pacifique, pour la beauté, le partage, la philosophie.

D’une terre où les femmes auraient le droit de vivre libres, d’aller à l’école sans être enlevées ou qu’on leur tire des balles dans la tête, d’une terre où les enfants ne seraient plus assassinés par leurs pères devenus fous, d’une terre qui ne serait plus dominée par la force, la violence, la compétition, mais par le désir de faire le Bien et par l’envie de respecter l’Autre.

J’ai fait un rêve.

D’une Coupe du Monde différente.

Aiguiser les crayons de nos avenirs pour colorier les océans et tracer les mandalas du bonheur.

Amadouer les vigiles en diffusant Mozart dans les entrepôts nocturnes ; imaginer un casse-croûte entre les cambrioleurs et les dobermans devenus teckels de porte.

Regarder le vent, sentir le pourpre d’une aube, goûter les notes de la Traviata, respirer les caresses de l’amant, mélanger toutes les ivresses ; Dieu reconnaîtra les nôtres.

Compter à l’envers, courir en arrière, remonter les rivières, arrêter le temps ; laver le visage de notre avenir à l’eau claire des sources de l’enfance. Laisser Peter Pan conduire la Porsche de James Dean, lancer Jack Sparrow à l’abordage de nos rêves, devenir passage du Groix : ouvrons toutes les Mers Rouges !

Débouter les tristesses, faire jurisprudence de toutes nos imprudences, attaquer les malheurs, défendre les impossibles, mander un légataire des allégresses : Mesdames et Messieurs, la Mour !

Aérer les églises ; planter des croix de grands chemins, refleurir les calvaires. Oser un encens au patchouli pour Pâques, ressusciter Sainte-Blandine, faire des panurges en assemblées des lions missionnaires. Rugir de plaisir en priant, et remplacer les silences par des gospels. Halleluya !

Paris-Plage toute l’année, fragrances de monoï diffusées dans le métro, que la montagne vienne à Mahomet ! Si les voies sur berges appartenaient au peuple de Paris, la Seine se ferait estivale.

À quand un Salon de la Cité au cœur du Berry ou au fin fond de l’Auvergne ? Inauguré en grandes pompes par un président en salopette, chemise à carreaux et bottes de caoutchouc qui goûterait à toutes les spécialités locales et s’arrêterait à tous les stands : dégustation de tableaux de Maîtres, déambulations sans fins dans librairies de plusieurs étages, métissages humains, concerts géants…

Allumer le feu dans l’intimité des chaumières. Faire de chaque samedi soir sur la terre un happening unique. Printemps de Bourges en toutes saisons, Francofolies hexagonales : qu’il soit interdit d’être en anorexie culturelle.

Nuits des musées et des bibliothèques à volonté, Picasso en flux continu, que les escalators de Beaubourg descendent jusqu’à Marseille.

Mais aussi : solidifier les calmes, importer les clochers en terres de banlieue. Oser une transhumance humaine, délocaliser les HLM en Corbières, offrir des champs de lavande aux coursives. Que nos villes soient Cités Radieuses. Se souvenir des lavoirs et des rires, des vieux-oui, osons les appeler les vieux, ce n’est pas moins tendre que l’AOC «Personnes du 3° âge »…- méditant sur les bancs.

Refleurir les treilles et oublier les treillis.

Spectacle du Cercle Laïque Jean Chaubet au Centre Culturel des Mazades, 14/06/14
Spectacle du Cercle Laïque Jean Chaubet au Centre Culturel des Mazades, 14/06/14

J’AI ENCORE RÊVÉ D’AILES

 

J’AI ENCORE RÊVÉ D’AILES

 rosam31

C’est la lumière qui m’alerte en premier. Imperceptiblement différente. Une sorte de frémissement de l’air, une envolée.

D’ordinaire, j’ai comme un sixième sens. Je sais que lorsque je vais lever les yeux, elles seront là. Un peu comme vous devinez qu’une lettre importante vous attend dans la boîte.

Alors j’ose tourner mon visage vers le ciel, vers ce bleu, ce jour-là, intense, presqu’insupportable, ce bleu qui nous réconcilie soudain avec toute la beauté du monde ; et elles sont là : mes hirondelles.

Je les vois, je les aime, je les sens, si proches, si lointaines, et leurs grands cercles fous me sont comme une aubaine ; soudain, tout s’apaise. Je sais que le monde est à sa place, et que j’ai ma place au monde. Ces frémissements d’ailes dans la première lueur du couchant font de cet instant, de cette minute précise où j’assiste au retour des hirondelles, le moment le plus précieux de mes ans.

Cet instant est mon renouveau, mon équinoxe. Ce moment est mon mascaret et ma dune, mon éveil. Car pour moi, ces hirondelles symbolisent la vie, son éternel retour, sa puissance infinie, la vie, pleine, entière, résiliente et solaire, indestructible.

La grâce, déjà, de ces cercles infinis, de ces ballets aériens, fusant au crépuscule jusqu’au ras des tuiles, ou s’égarant jusqu’aux confins du ciel, me bouleverse. Moi la femme-glèbe, aux sabots de plomb, embourbée dans mes vies tristes, je me sens soudain comme transfigurée, touchée par cette légèreté aérienne.

La liberté, aussi. Assignée à résidence dans ma propre existence, pieds et poings liés par mes soucis, en immobilisme total de par mon manque de surface financière, je suis en admiration devant ces gitanes du ciel, devant ces nomades absolues. Mes hirondelles me disent la bonne aventure, elles seules savent qu’à travers le prisme obscurci de mes gouffres, il reste cette lumière.

Et puis l’oxymore du Bleu de Delft de ce ciel de mai parsemé d’onyx, le contraste parfait entre les ailes veloutées des ébènes en envol et notre printemps d’azur : d’aucuns aiment regarder une ligne d’horizon maritime, qui apaise et invite à tous les voyages…Moi, c’est en contemplant ces tableaux toujours renouvelés que je me sens revivre.

Chaque année reviennent mes grandes espérances : je rêve à un été qui serait différent, qui aurait à nouveau un goût d’enfance et de vent…Je revois la route sinueuse qui menait à la mer, et ce moment précis où le paysage se fait méridional. Au détour d’un virage, l’air s’emplissait de cigales et de pins. Les vacances commençaient. Et puis les cousinades, les odeurs de vergers, les haricots cueillis et le foin engrangé.

Oui, lorsque reviennent mes sœurs du ciel, je reconnais le chemin du bonheur.

 images

C’est le retour des hirondelles

 

C’est le retour des hirondelles

Les voilà reines du grand ciel

Elles passent et crient à perdre haleine

En cercles d’anges onyx ébène

Criblant mes soirs de perles noires

Elles tournent belles en mes espoirs

Derviches anciens à mes fenêtres

Comme autant d’âmes en disparaître

Le ciel soudain a goût d’immense

Envie de me jeter en vol

De tournoyer comme en enfance

En éternelle escarpolette

De devenir une escarbille

Comme étincelle d’un soleil

Qui partirait en matin d’or

Sur des sentiers couleur nuages

Leurs cris frissonnent en mes désirs

Je les envie les belles oiselles

Si libres en grâce d’absolu

Leurs arabesques giflant mes soirs

Sont ma kabbale et mon miroir

Nul ne saura jamais vraiment

Si je préfère obstinément

Bâtir nichée à mes enfants

Ou voler libre en crépuscule

Bien maladroite libellule

Que vienne enfin l’heure stellaire

Celle où s’aimeront nos deux lunes

Lorsque blottie contre ton ciel

Tu me diras ton hirondelle.

http://www.youtube.com/watch?v=9qvglWAHDak

cartehirondelle